TPE et PME : Pourquoi l’e-commerce n’est toujours pas au centre des priorités ?

D’après une enquête d’Amazon réalisée en Europe par Harris Interactive, il est indiqué que les TPE et les PME ont des difficultés à se lancer dans l’e-commerce. Pourquoi cela ? Il semble que les petites entreprises ne soient encore que peu intéressées par les opportunités de ce canal de distribution. Le digital ne semble pas encore au cœur des stratégies e-business des TPE et des PME.

Les dirigeants de TPE-PME semblent ne pas correctement appréhender les opportunités des outils digitaux ou tout du moins, elles n’arrivent pas à les appréhender à leur juste valeur. Comment accompagner les dirigeants de ce type d’entreprises dans l’apprentissage et l’utilisation de ces outils ?

L’e-commerce, encore boudé par les TPE-PME

Les TPE et PME ne réalisent seulement que 6,2% de leur chiffre d’affaires à l’aide de leur site e-commerce d’après l’étude Amazon. La première raison à cela ? Simplement le fait que seules 19% de ces petites structures aient une réelle stratégie e-commerce. Toutefois, certains secteurs sont plus avancés que d’autres en la matière. Par exemple, dans le domaine du sport et des loisirs, les TPE et PME sont 36% à utiliser l’e-commerce.

Il semble d’ailleurs que plus les TPE et les PME ont un grand nombre de salariés (entre 50 et 250 salariés) et plus elles pratiquent l’e-commerce (33% d’entre elles). Toutefois, il est à noter que le chiffre d’affaires réalisé en ligne est encore faible pour ces structures (6,1%). En d’autres termes, il semble évident que la France se transforme avec le développement de l’e-commerce. Toutefois, les entreprises n’ont pas terminé leur transition vers le numérique. En d’autres termes, soit l’entreprise (TPE ou PME) ne possède pas d’activité en ligne soit elle en possède une mais n’arrive toujours pas à en faire une activité rentable.

Quelles sont les possibilités du digital pour les TPE et les PME ?

Pourquoi les TPE et les PME ne se lancent pas dans l’e-commerce ? La raison vient en fait des dirigeants qui n’arrivent pas à appréhender toutes les capacités et toute l’utilité du canal de distribution en ligne. En d’autres termes, d’après cette étude, pour 61% d’entre eux, l’e-commerce n’est pas quelque chose de pertinent pour leur activité et donc, cela n’en devient pas une priorité.

D’autres freins à l’adoption du e-commerce comme véritable canal de distribution sont également évoqués comme par exemple les investissements majeurs à réaliser qui sont difficilement rentables rapidement. Il existe également un véritable enjeu lié aux ressources des TPE et PME en termes de manque de temps (42%), d’infrastructures (39%) ou de compétences (37%). Ces trois éléments s’ajoutent au fait que la mise en place d’un projet e-commerce soit coûteux dans l’esprit des dirigeants de TPE et PME.

Enfin, les dirigeants de ces petites structures indiquent que les outils digitaux les plus importants pour eux sont en fait des éléments plus liés à la communication qu’à la vente en tant que telle, comme l’expose le graphique ci-dessous. Par exemple, le site internet pour présenter en détail les produits ou services des TPE et PME est d’ores et déjà souvent mis en place (70%) ou s’avère utile (40%) alors qu’un site internet pour vendre les produits en ligne n’est possédé que par 37% des TPE et PME et n’est jugé utile seulement que par 25% d’entre eux. Les marketplaces quant à elles sont jugées comme « pas du tout utiles ».

Cela semble évident, mais pour les TPE et PME, l’outil qui est le plus pertinent afin de se développer commercialement parlant reste l’email d’entreprise. Le site internet vitrine, permettant aux entreprises de présenter leurs produits ou services est jugé comme le second outil le plus utile. Quant aux autres canaux, comme le site e-commerce, l’application mobile, un serveur cloud, un logiciel de vente en ligne ou encore une marketplace, sont très peu utilisés et sont également perçus comme peu utiles pour les dirigeants de TPE et PME.

Difficilement utilisé par les TPE et PME, l’e-commerce est pourtant apprécié une fois adopté

Une fois adopté par les TPE et par les PME, l’e-commerce est apprécié pour sa grande utilité ! Les entreprises qui possèdent un site e-commerce sont plus confiantes dans l’avenir. D’ailleurs, les effets positifs du e-commerce sur le chiffre d’affaires des entreprises renforcent les perceptions positives quant au commerce sur le web. En ce sens, l’e-commerce est appréhendé comme :

  • Un moyen d’améliorer la zone de chalandise (74%)
  • Un moyen d’accélérer la vitesse à laquelle l’entreprise réaliser ses ventes (70%)
  • Un moyen d’accélérer la croissance de l’entreprise (70%)
  • Un moyen de faciliter l’innovation (64%)
  • Un moyen de mieux comprendre et servir les clients (62%)

Les TPE et les PME perçoivent l’e-commerce de façon différente que les entreprises déjà bien implantées dans leur secteur d’activité. En effet, pour les dirigeants de plus petites entreprises, les priorités sont parfois difficiles à mettre en place et un site e-commerce, qui nécessite d’assez gros investissements, n’est pas à l’ordre du jour. Les investissements sont en priorité alloués à d’autres postes budgétaires moins couteux en espérant que ces derniers aient une bonne rentabilité. Pourtant, certaines stratégies comme la vente sur les places de marché par exemple, s’avèrent représenter une belle opportunité de développement sans que cela implique de grands investissements initiaux. A tester !

Recent Posts